retour




Comité de Lecture du 16 mars 2017



choplinCHOPLIN, Antoine                                  ***
Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar

Roman -La fosses aux ours, 2017, 215 p.          Mots clés : Tchécoslovaquie, amitié, Histoire

Voici l'histoire de Tomas Kusar, garde barrière à Trutnov (Tchécoslovaquie) un jeune homme simple, amoureux de la nature et passionné par la photographie. Il mène une existence paisible, jusqu'à sa rencontre, lors d'un spectacle, avec Vaclav Havel, dramaturge dissident; les visites de plus en plus fréquentes conduisent au renvoi de Tomas de son travail. Vaclav l'invite chez lui à Prague, pour compagnie à Olga durant ses séjours en prison et  pour l'aider dans ses activités subversives.

Un beau roman sur l'amitié et l'engagement., des personnages taiseux mais attachants. Beaucoup de douceur, d'humanité et de tranquillité dans ce roman qui pourtant parle de dissidents.

Lu par Nicole Parpirolles Dante


decoinDECOIN, Didier                                  ***
Le bureau des jardins et des étangs    

Roman Stock, 2017     385 p.
Mots clés : Japon, traditions, parfums

Japon, XIIe siècle. Katsuro est un pauvre mais fameux pêcheur, fournisseur des étangs impériaux en carpes magnifiques, mission qui lui confère un grand prestige au sein de son village. Il meurt noyé dans la rivière Kusagawa et sa femme Miyuki est chargée par le village de livrer les dernières carpes pêchées par Katsuro. Elle part donc à pied pour la cité impériale, avec pour seul bagage la longue perche en bambou sur laquelle s’équilibrent les deux baquets renfermant les carpes. C’est un récit initiatique, un livre poétique et sensuel, très érudit qui décrit minutieusement les us et coutumes du 12ème siècle au Japon.Un beau roman qui devrait plaire à nos lecteurs.

          Lu par Catherine Meunier     Dante
        
solovskiGIUNTA, Claudio                                ***
Solovki   

Roman _Eds du Masque, 2017     308 p.
Mots clés : Iles Solovki, disparitions, enquête journalistique

Trois amis florentins partent pour les îles Solovki, au nord de la Russie, afin de restaurer un monastère sous l'égide de l'Unesco. Ils vont disparaître sans laisser de traces. Les polices russe et italienne privilégient l'accident. Le directeur d'un journal milanais demande à Alessandro Capace de se rendre sur place pour alimenter une chronique avec "du mystère et du sang". Mais les îles vont se révéler insondables et dangereuses, portant en elles un mal atavique. Capace va devoir comprendre qui étaient ces trois amis, et affronter les plus noirs secrets d'un lourd passé stalinien. Une enquête style reportage pour un roman insolite, rempli de questions, de mystères et de personnages glaçants. Il est certain que cet archipel, personnage à part entière du roman, donne une ambiance bien particulière et un dépaysement garanti.

          Lu par Joëlle Grenier    Juan les pins   
No-homeGYASI Yaa                                            ***
No home    

Roman - Calmann-Lévy, 2017     450p.
Mots-clés : Afrique, famille, esclavage

Se déroulant sur trois siècles, ce roman raconte l'histoire de deux demies soeurs africaines Effia et Esi, et de leur descendance dont la vie bascule au XVIIIe siècle. L'une, Effia, deviendra la femme d'un négrier, Esi sera esclave. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l'histoire se tisse d'un chapitre à l'autre et un fil suit les descendants. Navigant avec talent entre histoire et fiction, avec une plume qui varie d'un continent à l'autre, d'une société à une autre, d'une génération à la suivante, Ya Gyasi écrit le destin de l'individu pris dans les mouvements destructeurs du temps. Saga familiale poignante, fourmillant de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Le lecteur n'est jamais perdu en chemin, malgré une histoire riche, dense et la conclusion de ce roman est limpide et pleine d'espoir. Un roman ambitieux et intelligent.

          Lu par Edwige Dascoloff     Menton
paris
PARIS, B.A.                                         ***
Derrière les portes   

 Thriller psychologique - Hugo-thriller, 2017     314p.
Mots clés : mariage, perversion, thriller psychologique

En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L'amour, l'aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur. Le genre de couple que vous aimeriez connaître mieux. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L'inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s'avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Jack et Grace l'un sans l'autre. Est-ce cela que l'on appelle le grand amour ? À moins que les apparences ne soient trompeuses.  Et pourquoi les fenêtres de la chambre sont-elles pourvues de barreaux ? Un piège cruel et diabolique un livre brillant et terrifiant où on est vraiment plongé dans la psyché du personnage, au plus près de son ressenti. Par le choix d'alterner le passé proche et le présent, on suit et on comprend son état d'esprit. Saisissant.

 Lu par Sylvie Maurel     Valbonne    

trucTRUC, Olivier                                       **    
La montagne rouge   

Roman policier- Métaillé, 2016     498 p.
Mots clés : Laponie, tradition, eugénisme, violence

Au centre de la Suède, un groupe de Samis est en train d’abattre des rennes sous une pluie battante lorsque  l’eau  en s’écoulant met à jour un os humain ; la police des rennes est appelée à intervenir  on dégage les os d’un squelette mais pas la tête. Or cela peut être un élément déterminant dans le procès qui oppose éleveurs et forestier sur l’antériorité dans l’occupation des sols. Il faut donc découvrir ce crâne et déterminer s’il peut être celui d’un Sami du XVIIe siècle. Les deux enquêteurs commencent leurs recherches, ce qui les amènera bien plus loin que prévu. Des personnages nombreux mais  bien typés, une enquête dépaysante et un suspense bien mené.

          Lu par Christiane Vulvert     Cagnes sur mer


swiftSWIFT, Graham                                  ***
Le dimanche des mères    

Roman                   
Gallimard Du Monde Entier, 2017      144 p.
Mots clés : Grande Guerre, aristocratie anglaise, création littéraire

Comment Jane Fairchild, domestique dans la famille Niven, est devenue un écrivain reconnu. Sans doute  parce qu’un beau dimanche du printemps de 1924, alors que tous les domestiques des grandes maisons se sont traditionnellement vu octroyer une journée de congé pour visiter leur famille, a changé à tout jamais le cours de sa vie. Dans un décor à la Downton Abbey, l’auteur nous livre une réflexion sur les ravages de la Grande Guerre dans les populations européennes, le déclin de l’aristocratie anglaise et ,l’influence de la littérature sur le destin d’une jeune femme de chambre. Un bijou.

Lu par Marguerite Gautier         Beaulieu sur mer



vielVIEL, Tanguy                                      ***
Article 353 du Code Pénal    

Roman Eds de Minuit, 2017     174 p.
Mots clés :  presqu’île bretonne, promoteur, solitude, frustration.

Martial vivait avec son fils près du « château » de cette presqu’île bretonne près de Brest quand un promoteur véreux est venu vendre à sa petite communauté un projet de complexe immobilier. Beau parleur, il a réussi à vendre son projet sur papier à tous y compris à son ami le maire. Mais rien est sorti de terre et le maire s’est suicidé. Martial qui a jeté à la mer le promoteur vient d’être arrêté et  retrace devant le juge les événements qui l’ont mené là : son divorce, son licenciement, son fils dont il a la garde et le miroitant projet du promoteur dans lequel il a investi sa prime de licenciement.
Dans un récit rythmé par une écriture tendue, la force du texte réside dans le contraste entre la parole du prévenu face au bienveillant silence du juge. Captivant.

Lu par Elisabeth Biasibetti Le Port


Livres non retenus par le Comité de Lecture


robienROBIEN Beata de               ***
La malédiction de Svetlana    

Roman Albin Michel, 2016     526 p.
Mots clés : Staline, culpabilité, instabilité

Svetlana Allilouïeva, née en 1926, est l'enfant préférée de Staline. Elle vit une enfance protégée à l'intérieur du Kremlin, mais sera traumatisée par le suicide de sa mère. Par la suite, sa vie ne sera qu'une série d'échecs, d'errances et d'abandons. Souvent mal reçue, parce qu'indésirable dans les pays où elle a habité après sa fuite de l'URSS, elle s'est toujours sentie coupable d'être la fille de cet homme responsable de la mort de plusieurs millions de personnes.
Avec sensibilité, l'auteur nous trace le portrait d'une femme qui eut le malheur d'avoir Joseph Staline pour père. Un destin tragique relaté dans une belle écriture classique mais  pas forcément  au goût de notre lectorat.

          Lu par Geneviève Chauvet     Le Port
seksikSEKSIK, Laurent                                     *
Romain Gary s’en va-t-en guerre    

Roman Flammarion, 2017     228 p.
Mots clés :  enfance, séparation, antisémitisme, violence

Laurent Seksik imagine deux journées dans la vie de l’enfant Roman Kacew, futur Romain Gary, les 26 et 27 janvier 1925, dans le ghetto de Wilno (Vilnus)
L’enfant de 11 ans vit avec sa mère Nina possessive  et dont le caractère naturellement porté aux excès est aggravé par les malheurs. Ce soir là, Roman reçoit la visite de son père Arieh qui les quitte pour sa maîtresse  alors que l’enfant espère son retour au foyer. Traumatisé par ces épisodes, Roman s’invente une nouvelle existence. Le jour suivant, pendant que Nina se rend à un rendez-vous, Roman livré à lui-même, s’enhardit et fait l’école buissonnière. Hors du ghetto, il apprendra ce qu’il en coûte d’être juif dans un pays ayant  la haine des juifs. Le livre s’achève 18 ans plus tard dans un épilogue qui relate le grand massacre perpétré par les nazis dans le ghetto de Wilno en  1943.
Ce livre qui aurait pu être le pendant de « La promesse de l’aube »   n’en est qu’un appendice ; il n’est pas à la hauteur du sujet choisi et n’apporte qu’un faible éclairage sur ce qui demeure « l’énigme romain Gary »

          Lu par Evelyne Cosimi     Vence

tajadodTAJADOD Nahal                                      *
Les simples prétextes du bonheur   

Roman
JC Lattès, 2016     396 p.
Mots clés : identité, amour, amitié, entraide

Cécile Renan, actrice célèbre mais vieillissante, a une crise d’angoisse et fait appel à un médecin. Il est iranien et ressemble à un acteur. Troublée elle part à sa recherche. Elle entrera dans une épicerie iranienne, sympathisera avec Kamal, le propriétaire, et sa famille. Cette amitié va bouleverser sa vie. Pendant la première partie, Cécile est dans le doute, trahit, fuit. Kamal, lui, tarde à devenir crédible. Au cours de la seconde partie Cécile rencontre des personnes qui lui font découvrir Téhéran et d’autres lieux mais j’ai eu la sensation de lire un guide touristique. Les personnages me sont restés étrangers, ils manquent de profondeur, de tendresse. Même si le roman  traite de thèmes intéressants : la difficulté de certains mondes, l’entraide, la rencontre de cultures différentes, ils ne sont pas bien traités, le style et les personnages ne sont pas convaincants
Pour ces raisons je ne recommande pas ce livre

Lu par Marième Buchet Saint-Laurent-Du-Var

toibinTOIBIN,  Colm                                       **
Nora Webster    

Roman
Laffont, 2016    411 p.
Mots-clés : Irlande, veuvage, deuil, reconstruction

Dans l’Irlande de la fin des années 60, Nora qui vient de perdre son mari et qui élève seule ses quatre enfants, tente d’apprendre à revivre sous le regard des habitants de sa petite ville et de sa famille. C’est le récit de cette renaissance dans une société irlandaise où la religion est prégnante et le regard des autres si importants.
Jolie prose triste, presque musicale, pleine d’émotion. Chronique d’une vie quotidienne sans relief, ni surprise, ni véritable fin : un peu trop long.


          Lu par Elisabeth Biasibetti    Le Port
tylerTYLER, Anne                                      ***
La bobine de fil bleu   

 Roman Phoebus, 2017     389 p.
Mots clés : Famille, amour, secret.

L’auteur nous décrit avec finesse une famille presque parfaite et nous dévoile à petite dose les secrets et joies d’une famille de Baltimore. L’histoire, presqu’une légende, de la maison familiale, construite par le grand père pour une riche famille de la région qu’il a achetée plus tard. Ainsi nous apprenons à connaître les différents caractères de Red et Abby et de leurs quatre enfants. Abby la mère est généreuse et accueille à sa table toutes les personnes malheureuses qu’elle rencontre et que les enfants moqueurs appellent « ses orphelins »… Roman plein de tendresse, d’humour et d’amour pour des lecteurs sensibles.
 
       Lu par  Anne Dufour-Walters     St Laurent du Var